VILLEROUGE


VILLEROUGE

On se souvient du jour où on s’est rencontré,

C’était au mois de mai ou peut-être en juillet, en été.

Dans ce petit village où on joue et on chante,

Ces souvenirs d’enfance et courir dans ces rues très charmantes.


On peut voir son château surplombant tout en haut,

Sur une petite colline d’où on peut contempler, les champs mais aussi les vignes.

Son nom vient de sa terre tout autour qui est rouge,

On voit aussi des gens qui racontent souvent, l’histoire des anciens habitants.


(REFRAIN)

Tu es au cœur des Corbières et ton histoire est éclatante.

Tu as surgi des flammes de l’enfer,

Ton histoire remonte mais ta beauté reste la même,

Dans les terroirs du coin tu chantes Villerouge.


Il y avait à l’école des filles et des garçons,

Qui jouaient dans la cour et apprenaient souvent leurs leçons.

Ces enfants ont grandi et se souviennent encore, 

Des beaux jours de leur vie et de ces bons moments pleins d’amour.


On y voit sa chapelle avec ses belles fresques, 

Datant d’un millénaire qui peut nous rappeler la vie au temps de nos ancêtres.

On y trouve la joie et puis la bonne humeur, 

Tous les jours de l’année, que les granges soient basses ou hautes et aussi du milieu.


(REFRAIN)

Tu es au cœur des Corbières et ton histoire est éclatante.

Tu as surgi des flammes de l’enfer,

Ton histoire remonte mais ta beauté reste la même,

Dans les terroirs du coin tu chantes (X2)…

Villerouge.